King's College London

Research portal

Double stigmatisation de la personne âgée autochtone et démente : résultat du programme EPIDEMCA-FU: Journées de Neurologie de langue française 2016

Research output: Contribution to journalConference paperpeer-review

Gilles Tixier Kehoua, Catherine-Marie Dubreuil, Bébène Bandzouzi, Maëlenn Guerchet, Pascal Mbelesso, Jean-François Dartigues, Pierre-Marie Preux

Original languageFrench
Pages (from-to)A7
JournalRevue Neurologique
Volume172
Issue numberSupplement 1
Early online date18 Mar 2016
DOIs
E-pub ahead of print18 Mar 2016
PublishedApr 2016

King's Authors

Abstract

Introduction Les pygmées, population autochtone minoritaire en Afrique Centrale, vivent une perte identitaire stigmatisante. Objets de discriminations multiples liées aux représentations sociales de la démence, ils sont exclus des hôpitaux. Objectifs Évaluer les déterminants de la double stigmatisation subie par les Autochtones âgés et déments en zone rurale (Gamboma) en République du Congo. Patients et méthodes Il s’agissait d’une enquête qualitative de type ethnologique. L’observation participante et les entretiens semi-directifs ont permis de recueillir, pendant 45 jours d’immersion sur le terrain, des informations sur les interactions sociales entre les autochtones déments (AD), les aidants familiaux (AF) et les professionnels de santé (PS). Les relations entre ces acteurs et les représentations sociales qui les suscitent, ont été observées et recueillies sur les lieux publics. Les entretiens ont été menés en langues locales. Résultats L’échantillon était de 17 déments dont 14 (82,4 %) Bantous et 3 (17,6 %) Autochtones. Ces AD étaient un homme (73 ans) et 2 femmes (85 et 91 ans). Des récits ont été recueillis auprès de 3 AD, 3 AF et 3 PS. Les AD et AF n’étaient pas respectés ni appréciés par les 3 PS. Ceux-ci considéraient les AD comme « inutiles » et « sans revenus ». Les PS ne reconnaissaient pas la démence. Discussion Le terme autochtone, destiné à revaloriser les peuples premiers, ne suffit pas à modifier les représentations sociales réductrices que les Bantous entretiennent envers ceux qu’ils considèrent comme des hommes inférieurs, des « sous-hommes » et sur qui ils exercent un pouvoir de domination sans nuance. Conclusion Les représentations socioculturelles défavorables envers les aînés, quand ils sont à la fois autochtones et déments, sont fortes en zone rurale ; elles sont le produit d’une organisation sociale et économique. Informations complémentaires AXA Research Fund.

View graph of relations

© 2020 King's College London | Strand | London WC2R 2LS | England | United Kingdom | Tel +44 (0)20 7836 5454